Les taux immobiliers n’ont jamais été aussi bas

En mai 2019, les taux pulvérisent tous les records à la baisse. Mieux : pour soutenir la demande, les banques assouplissent leurs critères de durée et d’apport personnel. Les conditions de crédit immobilier n’ont jamais été aussi favorables !

Toujours plus bas. En avril 2019, le taux immobilier moyen (brut, hors assurance et coût des garanties) est tombé à 1,35% selon une étude de l’Observatoire Crédit Logement /CSA parue le 6 mai 2019. « Les taux reculent toujours ; ils ont presque atteint leur minimum historique de novembre 2016 (1,33%) » Et les auteurs du document d’ajouter : « pour le onzième mois consécutif, les taux des prêts à l’habitat sont inférieurs au rythme de l’inflation ».

La chute des taux se poursuit ! Où en est-on aujourd’hui ? « En mai 2019, les tarifs du crédit immobilier ont enfoncé leur plancher record » répond Cécile Roquelaure, directrice de la communication du courtier Empruntis. « Aujourd’hui, il est possible d’emprunter avec un taux minimum de 0,95% bruts sur vingt ans et sur vingt-cinq ans à partir de 1,25% ». Pour des emprunteurs à hauts revenus, on a même vu des prêts sur vingt ans à 0,7% bruts et des emprunts sur vingt-cinq ans à 1,05% bruts.

Des prêts pas chers pour tous ? Les taux moyens atteignent eux aussi des niveaux incroyablement bas. Le vingt ans brut s’établit en moyenne à 1,45% au 5 mai 2019, contre 1,55% lors du précédent record à la baisse de 2016. Le vingt-cinq ans brut moyen vaut actuellement 1,70% (1,80% il y a deux ans et demi). Bref, les bonnes conditions de crédit ne sont pas réservées à une élite fortunée et les dossiers standard, eux aussi, peuvent emprunter à des taux exceptionnellement favorables.

Banques cherchent clients. Pourquoi le crédit immobilier est-il aussi attractif ? « Les taux ultra bas constituent un élément clé dans la stratégie de conquête de nouveaux clients actuellement pratiquée par les banques » répond Sandrine Allonier, porte-parole du courtier Vousfinancer. Une fois captée, cette nouvelle clientèle achètera placements et autres assurances au prêteur, qui ainsi rentabilisera l’opération. Avec l’attitude plus qu’accommodante de la Banque centrale européenne (BCE) et des indices financiers eux aussi au plancher, les banques ont bel et bien les moyens de mener cette politique agressive.

Des crédits toujours plus longs. Autre bonne nouvelle pour les emprunteurs : les banques assouplissent leurs conditions. La durée moyenne des prêts atteint 227 mois en avril 2019, contre 216 mois au premier trimestre 2018 selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA. Avec la chute des taux, allonger la durée pour emprunter davantage et/ou réduire la mensualité devient particulièrement bon marché. Bien informés, les emprunteurs n’hésitent pas à profiter de l’aubaine.